Lorsque je me reveille le lendemain matin, toutes les traces de mon mal des montagnes ont disparu.

Je prends un bus pour Medellin, grosse capitale regionale. J'arrive dans l'apres-midi, me balade un peu puis vais me coucher. Ce soir, je suis seule dans mon dortoir, c'est comme une chambres individuelle. Quel luxe!

Le lendemain, je vais visiter Santa Fe de Antioquia. C'est un petit village colonial qui a garde son architecture ancestrale. Il est a seulement 500 metres d'altitude, et en descendant aussi bas je decouvre une ville ecrasee de chaleur, au rythme de vie tres nonchalant.

P1000452

P1000466

P1000477

P1000488

P1000492

 

De retour dans mon auberge de Medellin, je fais la connaissance de Catherine, une Canadienne qui a deja passe une semaine dans la ville, a prendre des cours d'espagnol et de salsa. Justement, son ecole organise une soiree salsa a 2 rues de la, et elle me propose qu'on y aille ensemble. Pourquoi pas...

Nous arrivons dans une salle bondee, avec quelques touristes mais surtout beaucoup de Colombiens. La salsa se danse en couple. D'apres ce que je constate,  les personnes venues seules attendent que quelqu'un vienne leur proposer une danse. C'est generalement l'homme qui fait la demarche, mais parfois aussi la femme.On danse une chanson ensemble, puis on change de partenaire.

Plusieurs hommes viennent me proposer de danser avec eux, et je previens toujours que je ne sais absolument pas danser la salsa. Mais les Colombiens sont tres patients et gentils, ils me montrent les pas, m'expliquent, m'encouragent. C'est tres bon enfant, personne ne juge personne, meme s'il y a quelques excellents danseurs, notamment un couple que tout le monde regarde emerveille, tant c'est un plaisir de les voir si bien danser ensemble.

Catherine et moi enchainons les danses avec differents partenaires, et faisons la connaissance de plusieurs Colombiens avec qui nous discutons entre 2 danses.

Nous finissons par rentrer a l'auberge, fatiguees mais ravies de notre soiree.

 

Le lendemain je vais me balader un peu dans Medellin. Il faut savoir qu'a la grande epoque des Narcos, c'etait le fief de Pablo Escobar et c'etait considere comme la ville la plus dangeureuse du monde. De tres nombreux crimes de sang y ont ete commis, et la violence regnait au quotidien dans ses rues.

Aujourd'hui, cela a bien change. Je commence par me balader dans le centre, sur la place principale ou de nombreuses statues de Botero decorent les lieux.

P1000511

P1000512

P1000519

Le quartier autour est tres populaire, et fourmille de marchands et travailleurs de rue faisant preuve d'une intense activite. Je suis particulirement impressionnee par le nombre de prostituees dans ce quartier. Il y en a une devant chauque echoppe ou retaurant, tous les 5 metres environ. Je me demande comment elles font pour gagner leur vie avec une telle concurrence.

Je me promene ensuite juqu'au quartier de l'universite, tres tranquille et plutot familial. Il y a de nombreux jardins et des places ou l'on peut s'allonger sur des bancs, pour prendre le soleil, profiter du wifi gratuit, ou bien deguster de delicieuses salades de fruits vendues par des marchands ambulants.

P1000437

P1000446Sur le retour, je passe devant un magasin qui propose des combinaisons permettant aux femmes (et aux hommes, apparemment??) d'augmenter artificiellement la taille de leurs seins et de leurs fesses pour avoir l'air plus plantureuses. Voila donc le secret des Colombiennes, ce n'est pas forcement la chirurgie esthetique. Elles doivent crever de chaud, la dedans.

P1000450

Je rentre a l'auberge et sors avec Catherine pour mager une pizza et boire un verre.

 

Le lendemain, je prends le bus pour le village de Guatape. Ma premiere etage est La Piedra del Penol. C'est un immense monolithe de 220 metres de haut, dans lequel des escaliers ont ete creuses afin de pouvoir profiter de la vue tout en haut.

Il faut commencer par grimper une pente escarpee pendant une vingtaine de minutes pour arriver au pied du rocher, puis on gravit les 650 marches pour arriver en haut. Nous sommes samedi et beaucoup de Colombiens sont de sortie. Ils ont un mal fou a monter les marches. Je les vois en nage, essouffles, obliges de marquer une pause toutes les 2 minutes. Pourtant la montee n'est pas si difficile que cela. Mais il semblerait que j'aie trouve un peuple encore moins sportif que moi!

Arrivee en haut, je suis eblouie par la vue. Elle offre une vision a 360 degres sur la campagne environnante, inondee de lacs.

P1000548

P1000557

Je me dirige ensuite vers le village de Guatape lui-meme, qui est adorable bien que tres touristique. Il est tres colore et repute pour ses bas-reliefs representant de multiples scenes et motifs.

P1000567

P1000580

P1000582

P1000588

P1000600