Je prends le bus pour ma prochaine etape, Manizales. Arrivee sur place, je sors de la gare routiere et me dirige vers la station de taxis, mon guide indiquant que le trajet jusqu' au quartier des auberges de jeunesse est plus facile et plus rapide en utilisant ce moyen de transport.

Je monte dans un taxi, en lui indiquant l'adresse de l' auberge ou je compte me rendre. Il a l'air perdu. Je lui montre l'adresse ecrite sur le guide, ca ne lui dit rien. J' insiste, en lui indiquant le nom du quartier concerne. ''Non'', me repete-t-il en boucle. Il commence a serieusement m'enerver. Je decide de sortir mon guide, que j'avais bien entendu enfoui tout au fond de mon gros sac a dos. Je commence a deballer toutes mes affaires sur sa banquette arriere, il me regarde d'un air mauvais. Enfin, je trouve le guide, l'ouvre a la page du plan detaille, et lui met sous les yeux, en pointant du doigt l'emplacement de l'auberge. Il persiste : non, il ne connait pas, rien a faire.

Enervee, je prends le temps de remettre toutes mes affaires dans mon sac, et sors du taxi en faisant la tete. Un Colombien qui attendait sur le trottoir vient me voir, et me demande ou je veux aller. Je lui indique l'adresse, il commence a chercher sur le gps de son telephone. Il finit par trouver, et me montre tout content le plan qui s'affiche et qui evidemment est exactement le meme que celui qui est imprime dans mon guide. Il s'elance vers un nouveau taxi en lui montrant le plan, et m'annonce que celui-ci veut bien m'amener a destination. Victoire! Pour remercier mon bienfaiteur, je lui propose de monter dans le taxi avec moi et qu'on partage la course. C'est ainsi que je fais la connaissance d'Andres. Il parle tres peu anglais (et moi tres peu espagnol), mais Google Translate est notre ami. Il vit a Manizales. Il a fait des etudes pour etre gestionnaire en matiere environnementale. Malheureusement, sa mere est tres malade et il doit s'occuper d'elle a plein temps, ce qui ne lui permet pas de travailler. En Colombie, il n'y a pas de securite sociale et c'est aux proches de faire les garde-malades. Son histoire me touche, il est encore jeune et coince dans ce role pendant encore je ne sais combien de temps.

Nous nous quittons devant mon auberge.

J'ai decide de venir a Manizales pour effectuer un trek au parc naturel Los Nevados, qui est assez proche. Je reserve l'excursion, rdv a 4h45 demain matin. Je sens que ca ne va pas etre de tout repos...

Il est 14h et je cherche une activite pour occuper mon apres midi. Manizales est connu pour ses thermes aux alentours de la ville. Je decide d'aller voir dans l'un d'eux. Apres tout, autant me chouchouter pour me preparer a la journee de demain. Je prends le bus local et arrive sur les lieux, dont je suis la seule occupante! Deux beaux bassins d'eau chaude avec quelques jets d'eau au milieu d'un jardin fleuri. Par la suite arriveront 2 autres personnes, mais on ne peut pas dire qu'on se bouscule. Je profite bien de mes quelques heures de detente.

P1000384

 

Pour parfaire ma journee detente, je me prends une brochette de fraises fraichement enrobees de chocolat au retour des thermes. Ras le bol de la bouffe colombienne, voila enfin de la gastronomie qui me parle!

 

Le lendemain matin, je me leve tant bien que mal pour le rdv de 4h45. Nous sommes 7 a faire le trek (2 Allemands, une Suisse, un Belge, 2 Canadiens et moi), plus notre guide Paolo. Le groupe est sympa. La jeep commence a grimper sur un chemin de terre cabosse. Ca secoue bien. Au bout de 2 heures, on s'arrete dans une grande ferme pour prendre le petit dejeuner. Il consiste en une arepa (galette de mais au gout tres neutre), du riz et des oeufs brouilles. Un des Allemands fait la remarque : on a encore une heure de route, au minumum 5 heures de trek, puis une heure pour redescendre ici avant de prendre le dejeuner. Donc au moins 7 heures avant notre prochain repas... on se regarde tous et on se jette sur la corbeille de pain pour completer notre repas.

Enfin repus, nous remontons dans la jeep. Nous arrivons enfin au pied du sentier. Nous sommes a 4100 metres d'altitude et nous allons monter a 4700 metres (Manizales n'etait qu'a 2100 metres, le choc est donc violent). Le guide nous fait monter tout doucement, pour mieux nous acclimater et tenter d'eviter le mal des montagnes. Malgre cela, chaque pas demande un effort important. J'ai vite le souffle coupe, le coeur qui bat a toute vitesse, et je ressens une faiblesse generale qui m'oblige a puiser au fond de moi la force pour avancer de chaque metre supplementaire. Mais le guide va tout doucement et nous menage beaucoup de pauses, ce qui permet d'admirer le beau paysage de paramo.

P1000394

P1000399

 

Nous avancons doucement mais surement. Je trek n'est pas terriblement difficile en lui-meme, mais l'altitude demultiplie les efforts a fournir pour avancer. Petit a petit, nous gravissons tout de meme la montagne et voyons le paysage changer.

P1000408

P1000418

Nous arrivons enfin a notre but : la lisiere du glacier Santa Isabel. Ce fut epuisant mais je suis vraiment fiere de moi. Ca y est, j'ai releve le defi! Je me rejouis de ma victoire, naive que je suis...

P1000422

P1000426

Je commence la descente, le coeur leger. Cette fois-ci, je peux aller relativement vite, plus besoin de faire une pause toute les 5 minutes. Mais... au bout d'une demi-heure, un curieux mal de tete s'installe. Bien vite, il commence a empirer. J'ai la tete qui tourne terriblement, plus aucune force ni aucun equilibre. Je manque de vaciller a chaque pas. Meme a l'arret, je ne tiens plus sur mes 2 jambes. Paolo m'explique : c'est le mal des montagnes, il n'est pas rare qu'il se manifeste reellement au moment de la descente. Ainsi, ce que j'ai vecu a la montee, c'etait du pipi de chat. Maintenant commence le vrai defi. Franchement, c'est epouvantable. Je fais toute la descente dans un etat second, a peine maitresse de moi-meme. J'arrive enfin a la jeep et m'ecroule sur mon siege. Je n'en peux plus.

Petit a petit, alors que nous redescendons, ca commence a aller mieux. Quand on arrive a la ferme pour manger, le mal de tete est beaucoup plus leger et je n'ai plus de probleme d'equilibre. Je prends un des chats qui traine par la en otage et lui fais plein de calins pour finir de me sentir mieux. Quand j'arrive a l'auberge a 19h, tout est revenu a la normale. Mais je m'ecroule sur mon lit et m'endors presque aussitot.